Le data lineage pour les Nuls

data lineage

 

Les établissements bancaires font face depuis 2014 à un échéancier contraignant pour être en conformité avec le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (BCBS 239), qui a propulsé le data lineage dans le top 5 des chantiers incontournables à mettre en œuvre pour améliorer leurs capacités à produire et fiabiliser les reportings réglementaires, qui font l’objet de réguliers exercices-test par la Banque Centrale Européenne.

 

Complémentaire d’un dictionnaire de données et d’une cartographie applicative du SI, le data lineage (flux de données en français) représente le cheminement de la donnée depuis sa source jusqu’à sa restitution ou son usage, avec tous les éléments de ses transformations successives (normalisation, transformation, règles de calcul, agrégation, filtrage,…).

 

Le data lineage réalise ainsi une véritable cartographie des processus de traitement de l’information centrée sur la donnée, qui le destine à un usage orienté métier : sa vocation est donc la traçabilité, non pas au sens de la piste d’audit, mais pour justifier de l’exactitude de l’information produite, en devenant la colonne vertébrale de la stratégie de qualité des données.

 

Hors BCBS 239, le nouveau cadre concernant la protection des données à caractère personnel (RGPD) s’appuie aussi sur le data lineage pour mieux maîtriser les processus de traitement des données, ne limitant ainsi pas son champs d’applications aux seuls établissements financiers.

 

Au-delà des bénéfices immédiats qu’il apporte au cadre réglementaire, le data lineage devient un vecteur incontournable dans la gestion des risques, un outil d’optimisation opérationnelle, ainsi qu’un puissant levier de gouvernance des données permettant d’envisager des évolutions pragmatiques du système d’information, sous réserve toutefois que la démarche soit pérenne et bénéficie d’un processus d’actualisation continu.

 

CONIX et PraXeme travaillent en 2018 sur la rédaction d’un cadre méthodologique qui sera prochainement proposé afin d’aider à la mise en œuvre d’une démarche de data lineage.

 

Auteur : Laurent FAULLIMMEL

 

Autre article susceptible de vous intéresser : Penser Data

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *