Contribution PxData
Politique de la donnée – procédé et formalisation

PxData

Définition d’une politique de la donnée

Aucune organisation ne peut ignorer le phénomène Data. La pression par les données devient de plus en plus forte (obligations réglementaires, nouveaux risques liés à l’inflation de la circulation et de l’exposition des données…).  les opportunités offertes par les données explosent (création de business models par l’intégration de services orientés données, enrichissement des données par le sourcing externe…). Les organisations multiplient les initiatives.

Dans ce contexte, comment piloter de manière concertée tout ce qui a trait aux données au sein d’une organisation ? Un élément de réponse est la définition d’une politique de la donnée.

En 2015, dans le cadre de la méthode publique Praxeme, une première version d’un procédé d’élaboration d’une politique de la donnée a été proposée. Ce procédé est le résultat de travaux de la société CONIX avec le support des auteurs de la méthode publique.

Le cœur de la politique est, par essence, le capital « données ». Sur la base de ce capital nous allons décrire les éléments clés support à la politique : définition, sensibilité à l’exposition, réglementaire, règles d’usage…

Praxeme couvre tous les aspects de l’entreprise, de la stratégie au déploiement. Sept aspects sont identifiés dans ce que l’on appelle le « Système Entreprise ». Les données sont présentes dans chacun de ces aspects et la politique de la donnée proposée est donc structurée pour répondre à chacun d’entre eux :

  • Aspect Intentionnel : les valeurs de l’entreprise et ses finalités (stratégie, culture, contraintes…)
    ➜ Déclinaison dans la politique de la donnée : exprimer les intentions liées aux données tout en respectant les valeurs de l’entreprise
  • Aspect Sémantique : la connaissance, les fondamentaux du métier (l’environnement, l’offre de l’entreprise, les objets métier…)
    ➜ Politique de la donnée : assurer la compréhension partagée des données (définition, dictionnaire, modèle sémantique…)
  • Aspect Pragmatique : les activités de l’entreprise et son organisation (rôles, processus, styles de management et de contrôle…)
    ➜ Politique de la donnée : ordonner les activités en vue de l’exploitation optimale des données, mettre en lumière dans les processus existants les impacts de la politique et faire les adaptations nécessaires
  • Aspect Géographique : la localisation des activités de l’entreprise (géographie de l’entreprise, virtualisation, télétravail, équipement nomade…)
    ➜ Politique de la donnée : préciser les dispositions techniques et organisationnelles à prendre quant à la distribution géographique des données
  • Aspect Logique : un aspect intermédiaire entre métier et technologie, introduit dans la chaîne de transformation pour faciliter la conception des systèmes techniques
    ➜ Politique de la donnée : Décrire l’architecture logique de données
  • Aspect Logistique : l’ensemble des ressources techniques au service de l’activité
    ➜ Politique de la donnée : Identifier les composants techniques support à l’architecture de données
  • Aspect Physique : le Système Entreprise complètement déployé (avec toutes ses ressources localisées)
    ➜ Politique de la donnée : Préparer le déploiement de la politique, dimensionner la cible, accompagner le changement

Enfin le dernier point nécessaire à une politique de la donnée est la gouvernance associée. C’est-à-dire l’organisation nécessaire à la maîtrise des données (profils, compétences…), l’inscription dans la « comitologie » existante, l’interaction avec les projets de transformation et trajectoire pour une cohérence transverse à la politique de la donnée et la promotion de la culture de la donnée au sens large pour la bonne mobilisation des collaborateurs.

Le formulaire et le mode d’emploi sont téléchargeables dans le respect de la licence Creative Commons qui régit le fond documentaire Praxeme (documents PxPRD-04f – Politique de la Donnée – et PxPRD-04m – mode d’emploi).

Ce premier travail, finalisé en 2015, a vocation à se poursuivre en 2016 et 2017 pour, en particulier, renforcer l’angle innovation et data science, accompagner la culture de l’expérimentation, développer le caractère auditable de l’application de la politique, explorer la dimension éthique et, enfin, réaliser un état de l’art sur les outils supports d’une politique de la donnée et de sa mise à jour.

Auteurs : Delphine BARRAU & Joël BIZINGRE

politique de la donnée - Observatoire CONIX de la donnée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *